Les 4 mots clefs du pape François pour le dimanche des vocations

  • Mise en ligne : 27/04/2020

Les 4 paroles de vocation du pape François

Dans sa méditation, le Pape François reprend le passage où Pierre doit affronter la tempête sur le lac de Tibériade pour retourner auprès de Jésus (Mt 14,22-33). Les disciples, dans ce passage, doivent choisir avec courage d’abandonner leurs sécurités pour suivre le Seigneur.

L’image de cette traversée sur le lac évoque le voyage de notre existence. Celle-ci n’est pas paisible. Nous sommes ballotés dans tous les sens et à ça se rajoute notre aveuglement. Nous nous égarons, nous nous illusionnons, nous avons peur de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur.

Mais il faut se rappeler que tout comme les disciples nous ne sommes pas seuls. Le Seigneur est notre phare, il nous montre la direction, il est notre roc, notre soutien, il nous sauve et calme la tempête.

Le Pape François pour nous parler de la vocation résume ce passage à 4 mots clés : souffrance, gratitude, courage et louange.

La gratitude : Toute vocation nait de ce regard aimant par lequel le seigneur est venu à notre rencontre. Il nous aide à garder le cap, il nous montre où aller et nous donne le courage de monter sur la barque. « Plus qu’un choix de notre part, la vocation est la réponse à un appel gratuit du Seigneur » (lettre aux prêtres, 4 août 2019), c’est pourquoi nous réussirons à la découvrir et à l’embrasser, quand notre cœur s’ouvrira à la gratitude et saura saisir le passage de Dieu dans notre vie.

Le courage : Ce qui souvent nous empêche de marcher, de grandir, de choisir la voie que le Seigneur trace pour nous, ce sont les fantômes qui s’agitent dans notre cœur. Ce chemin est-il le bon ? Cette vocation est-elle pour moi ? 

Ce découragement intérieur qui nous bloque et ne nous permet pas de gouter la beauté de la vocation, le Seigneur en a conscience. Il connait nos doutes et nos peurs. Il connait le courage que cela nous demande de faire ce choix fondamental de vie et c’est pourquoi il est présent constamment avec nous. « Courage, c’est moi, n’ayez pas peur ! ». (v.27)

La souffrance ou plutôt la fatigue : Par fatigue ou par peur, nous risquons de couler. Nous avons le désir et l’élan mais nous sommes marqués par des faiblesses et des craintes. Toute vocation comporte un engagement. Le Seigneur nous appelle parce qu’il veut nous rendre comme Pierre, capables de « marcher sur les eaux ». Mais cela peut être épuisant. Le Pape François ajoute : « Je connais votre fatigue, les solitudes qui parfois alourdissent le cœur, le risque de l’habitude qui petit à petit éteint le feu ardent de l’appel, le fardeau de l’incertitude et la précarité de notre temps, la peur de l’avenir ». Mais courage, n’ayez pas peur, le Seigneur nous tend la main. Il arrête le mugissement du vent et apaise les vagues. Ne détournons pas notre regard de lui, car c’est lui qui nous donne la force nécessaire pour vivre notre vocation avec joie et enthousiasme.

La louange : Cultivons le comportement intérieur de la sainte Vierge Marie : reconnaissante pour le regard de Dieu qui s’est posé sur elle, confiant dans la foi ses peurs et ses troubles, embrassant avec courage l’appel, elle a fait de sa vie un éternel chant de louange au Seigneur.

En cette journée que chacun découvre avec gratitude l’appel de Dieu, trouve le courage de dire « oui », vainc la fatigue dans la foi et offre sa vie comme un cantique de louange pour Dieu, pour les frères et pour le monde entier.

Résumé par Julie

Retrouve ici le texte intégral du pape pour le dimanche de prière pour les vocations 2020